Nos formation

Organisme de formation :

Déclaration d’activité enregistrée sous le numéro 11770637677, cet enregistrement ne vaut pas agréement de l’Etat
a

ACVISO Finance

  /  Podcast   /  #12 – Podcast Histoires Harmonieuses – Benjamin Delacoux
visuel_episode_12_podcast_histoires_harmonieuses_benjamin

#12 – Podcast Histoires Harmonieuses – Benjamin Delacoux

Amour – Transmission – Musique – Equilibre

 

Benjamin Delacoux nous partage ses passions, ses convictions, ses émotions et son bonheur de vivre chaque instant.

 

Je veux remercier Ben pour sa générosité pendant cette conversation car il m’a livré des perceptions intimes et authentiques.

 

Pour tout vous dire, en écoutant l’épisode pour réaliser le montage, j’ai eu les larmes aux yeux quand il me donne sa définition du bonheur.

Benjamin est un homme humble, engagé pour qui le mot respect a une grande importance pour lui, sa famille et toute personne qui croise son chemin.

Il trouve son équilibre entre sa vie de famille, ses passions et son métier. Il ne peut se passer d’aucun d’entre eux par conviction de l’importance de chacun.

Pendant cet interview il nous raconte son cheminement entre chaque activité et les sensations qu’elles lui procurent. J’ai eu l’impression d’être avec lui quand il joue de la guitare, coach un groupe de musique ou prend des photos.

Il nous raconte chaque cycle de sa vie sans regret de la page qui se tourne et « sans se prendre au sérieux« . Juste en ayant un regard heureux d’avoir eu la « chance » d’avoir vécu des expériences incroyables en rencontrant ses héros de jeunesse.

Cette chance est en fait du travail, la saisie d’opportunités et la provocation d’occasions en restant simplement lui-même.

 

 

Benjamin a l’intérêt profond et sincère de rencontrer l’autre.

La magie opère .

 

 

Pour retrouver Benjamin suivez les liens ci-dessous :

Pour la photographie : son site internet ou  Hard Force

Pour l’émission radio : Heavy One Radio – Emission My Band

LinkedIn, Facebook, Instagram 

 

 

Benjamin Delacoux a partagé avec nous  ses secrets de création, découvrez ses mots sur 4 photos fortes dans son histoire de photographe :

 

 

 

« Parmi les photos que j’aime en particulier, il y a celle-ci, Joel O’Keeffe, guitariste et chanteur du groupe de hard rock australien Airbourne lors de son passage à la Cigale à Paris en 2019.

Cette photo est une très belle représentation de l’attitude des artistes rock/metal en concert.

On y voit Joel est comme à son habitude torse nu avec son éternelle Gibson Explorer blanche à la forme atypique et à la peinture usée par des années d’utilisation, bracelet éponge au poignet avec le logo du groupe bien visible et le bras tendu vers le public à l’énergie débordante en réponse à son jeu de scène hystérique.

Le fait qu’on ne voit pas son visage rend ce cliché quasiment anonyme et c’est là tout son intérêt.

L’iconographie illustre l’esprit de ce courant musical, on regarde plus un symbole qu’une personne, seuls les logos sur la batterie et le bracelet nous rappellent de quel artiste il s’agit mais au final c’est surtout le mouvement, la pose qui priment et le traitement en noir et blanc renforce le contraste qui fait ressortir la guitare et les tons clairs. »

 

 

 

« C’était lors d’une sortie à Paris avec ma femme et mes deux enfants par une belle journée d’été. Nous étions montés en haut de la Tour Eiffel, mais je n’étais pas vraiment satisfait du résultat des photos prises depuis le dernier étage. Nous terminons notre balade, un peu frustré pour ma part et après une pause déjeuner dans un restaurant nous nous dirigeons depuis la rue de Wagram vers la gare RER Charles de Gaules qui se trouve sur le boulevard des Champs Elysées. Nous finissons par arriver jusqu’à l’Arc de Triomphe. Je n’avais pas prévu de le prendre en photo mais les conditions de lumière étaient bonnes ce jour-là et je me dis que ce serait dommage de ne pas en profiter. Je dis à ma famille de continuer leur chemin et je me mets rapidement au bord du rond-point de l’étoile, accroupi, pour donner un angle plus massif à ce monument. Comme d’habitude il y a beaucoup de circulation ce jour là et je souhaitais prendre un cliché avec le moins de véhicules possible pour qu’on le monument ne soit que l’unique sujet de la photo. Je prends trois ou quatre clichés et je remarque qu’au fur et à mesure il y a de moins en moins de véhicules jusqu’à ne plus en avoir du tout, ce laps de temps n’a duré qu’une seconde et c’est juste ce qu’il ma fallut pour réaliser cette photo. On remarque seulement un bus sur le côté gauche qui se fond dans l’arrière-plan. Un petit traitement de distorsion et un réglage des contrastes et des ombres, le tout dans un rendu en noir et blanc pour le côté intemporel et voilà. Au bon endroit au bon moment. Parfois les plus belles photos ne sont pas prévues et l’opportunité se présente dans une fenêtre de temps très courte. »

 

 

 

« Parmi les photos de concert que j’aime particulièrement, il y a celle-ci, un portrait de la chanteuse norvégienne Silje Wergeland du groupe de rock alternatif The Gathering. Le groupe jouait pour sa seule date parisienne au Petit Bain, une péniche réaménagée en salle de concert. J’étais placé côté « jardin » donc à gauche face à la scène et les artistes entraient par ce côté-là, nos regards se croisent et on se fait un petit signe de la tête en guise de bonjour bien que je ne les connaisse pas personnellement. Le concert se déroule normalement, je prends mes photos en variant les prises de vue et quand arrive la fin je reviens vers mon point de départ. Il y a une petite zone entre la scène et la porte se sortie vers les loges qui m’est autorisé par l’agent de sécurité vu que je suis photographe officiel, ce qui me permet d’être tout proche du groupe alors qu’il termine sa dernière chanson. Les artistes saluent le public et la chanteuse vient à me regarder, je lui fais signe si elle souhaite que je prenne une photo d’eux avec le public prise depuis la batterie, elle accepte volontiers, je prends le cliché et m’apprête à retourner dans la salle mais avant même de partir elle me propose de les suivre dans leur loge pour boire un verre. Sans hésiter je les accompagne étant en plus un grand amateur de ce groupe que j’écoute depuis près de vingt ans. On discute ensemble, ils m’offrent à boire et l’ambiance est détendue. Cependant le Petit Bain devenant une boite de nuit après les concerts, le groupe n’a pas beaucoup de temps avant de devoir tout ranger et libérer la salle. Les musiciens vont donc ranger leurs instruments et je profite de l’instant pour demander à la chanteuse si elle souhaite que je prenne quelques photos d’elle, on se place juste à la sortie des loges, elle prend la pause et voilà. Je la remercie en lui disant que j’ai passé un excellent moment en leur compagnie et lui dit que je vais passer par le stand de merchandising avant de partir pour m’acheter un de leurs vinyles pour compléter ma discothèque. Elle me dit alors « prend celui que tu veux et tu dis que c’est de ma part ». Quelle gentillesse ! On a gardé contact depuis et cette photo lui plait tellement quelle souhaite l’inclure dans leur prochain dossier de presse et certaines de mes photos prises durant le concert ont été utilisées sur leurs réseaux sociaux, quelle meilleure reconnaissance de mon travail que ça ? On dit qu’il ne vaut mieux pas rencontrer ses idoles au risque d’être déçu par leur personnalité mais là je peux dire que ça a été complètement l’inverse. Autant vous dire que ce concert a été l’un des meilleurs que j’ai passés. »

 

 

« Autre photo parmi celles que l’apprécie le plus et même s’il est difficile d’en sélectionner qu’une poignée, c’est cette fameuse vue du pont de Manhattan depuis la rue Washington à Brooklyn aux Etats-Unis. Elle fait évidemment écho à l’affiche du film de Sergio Leone « Il était une fois en Amérique ». Certes c’est une vue qui a été prise un million de fois par de très nombreux touristes et amateurs du films mais c’était obligé que j’en fasse ma version lorsque je me suis retrouvé à cet endroit là. Si au départ je voulais recréer l’ambiance de l’affiche du film : monochrome, sombre et avec des hautes lumières prononcées, j’ai finalement décidé qu’au contraire il fallait lui donner un coup de jeune, qu’elle soit pleine de vie, de couleurs et représentative du quartier moderne que c’est devenu. Et petit détail que j’aime dans ce cliché également c’est que l’Empire State building apparait juste au milieu des pieds du pont, comme un point de fuite emblématique et qui ajoute un petit arrière-plan supplémentaire, le regard est naturellement dirigé vers ce deuxième monument architectural, sorte de petit bonus dans la composition.

Sans oublier le panneau sens interdit qui semble dire « stop, pas de photo ici ça déjà été fait trop de fois » un peu comme dans le film Wayne’s world où Mike Myers n’a pas le droit de jouer « Stairway to Heaven » dans le magasin de guitare car les vendeurs n’en peuvent plus d’entendre toujours cette chanson jouée par les musiciens testant leur future acquisition à six cordes. Je trouve ça marrant. »

 

 

 

 

 

 

Nous vous souhaitons une belle écoute de l‘épisode 12 d’Histoires Harmonieuses avec Benjamin Delacoux et nous vous donnons rendez-vous très prochainement.

 

Histoires harmonieuses,
conversations d’entrepreneurs autour de la magie des relations,
à retrouver tous les mois.

 

Suivez également les coulisses du podcast sur Instagram 

 

Le podcast est disponible sur votre plateforme d’écoute préférée.

 

A très vite

 

Fabienne OLIVERA

 

NB : Pourquoi j’ai choisi de converser avec des salariés, des entrepreneurs, des dirigeants, écoutez l’épisode 11.